mercredi 30 avril 2014

Stop au Widderhorn, passez au VRAI entrelac.

Suite à beaucoup de demande, j'ai fait un article pour donner le schéma de montage et la façon de tourner les cartes pour obtenir ce galon si aprécié par les vikings, le ram's horn ou widderhorn.
 
Hors j'avais aussi bien prévenu que ce motif est hélas un pale palliatif à l'entrelac dont les ondit font remonter le motif au XVIIIem siècle dans l'est.
 
L'entrelac étais pour beaucoup (et moi aussi) un motif semblant complexe (trés complexe) et impossible à réaliser sans prise de tête.
 
Et bien voilà, plusieurs se sont penchés dessus et fut arrivé mon tour.
 
Grace à Carto magic de Hervald je peux même vous proposer trois enfilage et trois façons de tourner. A vous de choisir celle qui vous plaira le plus.

jeudi 17 avril 2014

Le portage des bébés au Moyen-Age - sources

Depuis que mon petit est à la maison, j'utilise le portage en écharpe très régulièrement (ainsi que l'emmaillotement mais ceci sera le sujet d'un autre article).

J'ai testé l'écharpe souple, l'écharpe en sergé mais je devais monter mon fils 4 étages avant d'aller sur mon lieu de travail et n'avais pas une minute à perdre pour le mettre dans ces echarpes de près de 5m de long (plus la pluie, le vent, le froid...) J'ai donc commencé à chercher les façons traditionnelles et sans me sentir en confiance pour porter mon fils dans le dos avec une écharpe de 1m80, le porter devant ainsi en m'aidant de mes mains pour le caler bien contre moi étais la solution (oui pas le temps non plus de bien tout serrer comme il le faudrait surtout avec un manteau en laine pour moi et une doudoune énorme pour lui).

Pour ce faire j'utilise donc mon écharpe qui me sert de voile, de touaille, de gorgette, de fichu, de turban... bref de tout sauf tablier, en pashmina.

Sa dimension (j'ai retiré les franges) est de 1m80 par 70cm.

Je mettrais plus tard une photo de moi et mon fils ainsi, et peut-être même le tutoriel pour la nouer.

Bref.

Sur le tournage j'ai pris mon fils sur la hanche ainsi car il commence à se faire lourd et je ne pouvais pas ballader la poussette partout, en faisant bien attention de ne pas être prise par les caméra.

J'ai déjà fait des recherches sur le portage au moyen age et n'avais rien trouvé sur cette façon de porter : lit, panier, hotte oui mais rien en écharpe (d'un autre coté je ne recherchais pas plus avant que ça, j'étais simplement tombée dessus).

Ma belle mère m'ayant à nouveau demandé "mais au moyen age ils faisaient comment" et sachant que partout (oui partout) l'écharpe ou similaire est utilisé, je me disais bien que ça ne pouvais pas avoir disparu.

Et voilà comment en cherchant autre chose on tombe sur les recherches d'un autre!
http://larsdatter.com/slings.htm

Voici donc quelques images que je complèterais au fur et à mesure de mes trouvailles.
(légendes et sources dans le lien ci dessus... ahah oui pour vous obliger à y aller sur le lien :D)
Détourage de mon fait, il y en a une ou deux que je n'ai pas rajouté (donc je répète allez voir le lien) et attention il y en as aussi une XVIe!

Attention cependant! les sources ci dessous montrent des exclus de la société occidentale (sauf Marie mais ça pourrais être un marqueur d'orientalité). Je n'ai pas retrouvé de portage en écharpe sur des personnages "de la vie de tous les jours".
(Ma belle mère m'as aussi fait la remarque qu'en son jeune temps les "manouches" et les "portugais" portais leurs enfants en écharpe mais qu'il ne lui serais jamais venue à l'idée de faire de même de peur de passer pour eux, comme aujourd'hui ne viendrais pas à l'idée d'une athée de porter un voile en dehors de la reconstitution... et pourtant c'est si pratique!)
 





Voici comment installer vos bout de chou pour la version allongée:



Je vous ferais une petite vidéo pour la position assise 

 Images à mettre en relation avec le portage en Bolivie et d'autres régions où la tradition est toujours là.






mercredi 16 avril 2014

dimanche 13 avril 2014

Brève : Pontoise avril 2014

Un petit billet pour dire que nous sommes bien à pontoise. En bas et tout de suite à droite en entrant. Le 3em stand dz la première travée.
Je vous y attend pour vous dire bonjour. (J'essayerais d'ajouter une photo ce matin.  Vive les smartphones avec de la batterie)

lundi 7 avril 2014

Cocardes Révolutionnaires, révolution française : suite.

Un petit rappel de ce qu'il se dit sur la cocarde révolutionnaire : http://www.1789-1815.com/1789_07_cocarde1.htm

Une fois les cocardes tissées, il faut les coudre.

Ayant eu une cocarde empire dans les mains et vu des photos de cocardes révolutionnaire, je suis partie sur la même façon de faire : plier simplement les bords, plisser et coudre à grand points pour avoir la forme ronde.

Là est arrivée la première déconvenue : malgrès la finesse de la laine utilisée, celle ci est encore trop épaisse et je le savais, du coup le nombre de plis est bien moins important que sur les originales, et le plissage a été un peu fastidieux. Mais j'y suis arrivée à grand renfort d'épingles et de vapeur. Les premières n'ont pas été passé à la vapeur plissées avant d'être cousu et le résultat est moins joli. J'ai afiné la méthode au fur et à mesure.

En refaisant de nouveau quelques recherches, je suis tombées sur des cocardes tout coton, des cocardes en soie, des cocardes en laine, des cocarde en soie et argent...

Au niveau du tissage et du plissage on retrouve deux types, un ruban en reps dont la chaine est aux couleurs voulues plissée sur un bord avec une couture de fermeture ou une bande plissée au milieu pour faire comme un nœud papillon dont on attache les bords.
Il reste aussi les cocarde faites de plusieurs tissus de couleurs différentes mais elles ne correspondaient pas à ce que l'on m'as commandé.

Et voici donc la première fournée après laquelle il devrais y en avoir d'autres (dès que j'aurais récupéré de la laine blanche)




Sur les 12, j'en garde tout de même 2 en présentation et modèle de réalisation.

samedi 5 avril 2014

Cocarde 1ère partie : tombée du métier

On m'a demandé si je pouvais réaliser des cocardes révolutionnaires correspondant au plus près des cocardes d'origine.

Il faut savoir que pendant la révolution française trois (ou 5) cocardes se sont côtoyées, portées en même temps ou pas selon les théories. Hors à priori on ne trouve facilement qu'une cocarde Napoléonienne alors que les cocardes révolutionnaires sont boudées.  (bleue rouge blanc)
On m'a donc donné un exemple que vous retrouverez ici :http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/lot-ventes-aux-encheres-drouot.jsp?id=1552635
 Et prété une cocarde originale afin que je puisse voir le montage, le tissage etc...

Nous avions donc sur la cocarde originale une chaine espacée de fil (coton lin ou chanvre) recouverte de laine trés trés fine.

Après beaucoup de recherches infructueuse, la meilleure laine que nous ayons trouvé autant niveau coloris qu'épaisseur a été chez micky.

Voici donc la première partie : tombée du métier 12 cocardes prêtes à êtres cousues.