lundi 4 mars 2019

Les bases du tissage de tissus au moyen age

J'ai écris cet article en 2012, il est pour l'instant toujours d'actualité

 Cet article n'est pas exhaustif et il y as surement de nombreuses exceptions à ce que je vais dire.

 Toutefois si vous suivez ceci à la lettre, vous aurez un tissus réalisé dans les règles de l'art des différentes époques du moyen-age.
 Je vais utiliser des termes comme "devoir" "obligatoirement" et être trés affirmative pour la nécessité de l'article il va de soit qu'il y a toujours des exceptions et certainement d'autre façon de faire.
Tout doit toujours être vérifié et peu du jour au lendemain être retourné et n'être plus juste.

 Ceci est destiné à des gens sachant filer et tisser, si vous ne savez pas, en cherchant étape par étape vous y arriverez mais je ne réexpliquerais pas tout dans cet article.

 Attention il y a une révolution technologique au XIIIem siècle qui se mettra petit en place pour devenir la règle mi XIVem.

 Je me base pour mes dire sur Margaret Hald, Walter Endrei et Dominique Cardon en majorité plus les différentes fouilles de londre et woven into the earth.

  1ere partie : Le Filage Le filage est la réalisation du fil pour tisser coudre et autre. Chaque fil a une particularité bien précise : le fil pour faire les lisses du métier à tisser ne sera pas le même que la chaine ni la trame et ne sera pas le même pour de la broderie, de la tenture, de la couverture etc etc
 La préparation, le lavage peuvent être variable.
 La laine est lavée puis peu être battue, écharpillée à la main (ou pas) plus de préparation il y a plus le tissus sera cher, précieux et "beau"

 Le fil de chaîne J
usque à la fin du moyen age, peu avant la fin, tout fil de chaîne doit être : Peigné! (attention peigné ne veux pas dire "peigné avec des cardes" ni "avec des cardes à peigner") avec des peignes à laine. chercher wool combing pour trouver des vidéos pour le coup de main
 Filé sec (worsted est le mot "moderne correspondant à filé sec + peigné) au fuseau c'est à dire avec le moins d'air possible et le moins de poil possible à partir du XVem on peu utiliser du "de trame" mais pour du tissus grossier et peu cher.
 Le fil de chaîne pour l'habillement est toujours célibataire pour des couvertures il peu être retord. (pour les capes je l'ignore)

 Le fil de trame
 Le fil de trame peu être le même que celui de la chaîne jusqu'au XIIIem XIVem (selon la région) les restes du peignage ou de la fibre peignée ou juste éparpillés sont filés au fuseau supporté (dans le nord je n'ai pas vraiment de trace pour ces fuseaux... donc à vérifier pour le nord si c'est fuseau supporté ou suspendu) filage woolen = aéré Attention au faux ami avant le XIV on utilise pas les cardes en métal ni même les cardère erreur souvent vu en reconstitution : les cardères sont utilisées à la fin du travail du tissus pour "lainer" le tissus et ont inspiré les cardes métalliques qu'on trouve à partir du XIIIe (interdit d'abord) à partir du XIIIem Pour les fibres courte on peu utiliser le "battage à l'arçon" ou le cardage aux cardes métalliques http://www.commune-montory.fr/cardes%20laine.jpg 
Le résultat des cardes à laine peu être filé sur fuseau supporté, suspendu mais en woolen ou au rouet grande roue (ressemble au rouet grande roue ou au rouet canadien) chercher "walking wheel" pour en voir des exemples en vidéo

 Attention en général la chaîne est en Z la trame en S pourquoi? très certainement pour différencier les deux types de filage lorsque les écheveaux sont mélangés! en effet la chaîne peu être utilisé en trame mais la trame ne supporte pas la tension! cela peu être l'inverse du coup, mais c'est assez minoritaire.
 La trame peu être régulière ou plusieurs duites de fils épais, puis fin en S puis en Z... tout est possible et imaginable Majoritairement en célibataire! Astuce : bloquer les célibataires en écheveaux avant de les travailler. Utiliser une "colle", je n'ai pas trouvé la recette, pour aider à avoir moins de poil, j'utilise de l'amidon, certaines utilisent de la glycérine.

 taille des fils de 5 à 25 fils au cm, en général 8 à 10.

  étape 2 Le tissage

 jusque fin XIIem métier vertical quasi exclusivement en Europe (attention il y a des métiers horizontaux dans les autre pays) mi XIIIem le métier horizontal deviens plus généralisé et XIVem d'usage quasi exclusif sauf pour les tisserands ambulants (à confirmer) attention les lisses sont en fil, filé de façon particulière mais je n'ai pas le détail! avant la mi XIV les tissus préférés sont des sergés minimum 3/1 (le plus courant) et les diamants. la toile est d'usage peu courant après la mi XIV la tendance s'inverse! les sergés sont minoritaires et la toile majoritaire

  Etape 3 Après le tissage!
 Attention la toile est le plus souvent retravaillée derrière : au minimum foulé il peu être lainé une ou plusieurs fois (c'est là qu'on utilise les cardères sèches) il peu être tondu une ou plusieurs fois. Les sergés peuvent être travaillés comme la toile mais cela fait disparaître le motif.


 Voilà les bases Maintenant à vous de jouer ou des vous renseigner plus avant Je vous conseille pour celà l'excellent "la draperie au moyen age" de dominique Cardon

lundi 28 janvier 2019

Choix du peigne et enfilage, reed and sley

Le choix de son peigne peu être compliqué

Et savoir comment l'enfiler, encore plus.

Il existe un tableau par interweave pour les ros en pouce mais voici celui en cm

En ayant assez de calculer à chaque fois, voici un petit tableau récapitulatif des plus communs

colonne : enfilage
1ere ligne : nombre de dents pour 10cm

Ma petite préférence va au 50/10 mais le plus versatile est le 40/10. Il faut adapter également à ce qu'on aime tisser.

Edit, suite à de nombreuses questions quelques précisions

1-Le Ros
Lorsque l'on tisse l'écartement des fils se fait par un peigne qu'on appelle ros car au départ il était fait de roseau.
Aujourd'hui pour en acheter 2 solutions : la version métrique qui détaille le nombre de dents pour 10cm et se note "N/10" ou la version anglophone qui détaille le nombre de dents par pouces et noté N
Ce tableau correspond aux versions métrique. Sur la première ligne vous avez donc le nombre de dents pour 10cm et sur votre peigne il sera donc noté par exemple 40/10 pour un peigne de 40 dents pour 10 cm soit 4 dents au cm.

2-L'enfilage
Pour enfiler votre peigne vous pouvez au choix enfiler un fils par peu (le peu est la fente qui se situe entre 2 dents) auquel cas vous aurez la même densité de fil que celle noté sur votre peigne. 
avec toujours en exemple un peigne 40/10 vous aurez donc 4 fils au cm.
Vous pouvez également mettre 2 fils par dents, c'est simple à calculer il suffit de multiplier par 2 donc 8 fils au cm.
Vous pouvez mettre autant de fils que vous voulez par dents il suffit de multiplier.
Mais quand on a pas le peigne correspondant à son besoin, on magouille un peu.
On se rends bien compte que pour mettre 5 fils au cm dans un peigne de 4 dents au cm, il suffit de rajouter 1 fils dans un peu, donc enfiler par exemple 1-1-1-2-1-1-1-2-1-1-1-2... (écrit 1-1-1-2).
Le calcul se fait ainsi :
nombre de fils désirés au cm : 11 
nombre de peu du peigne sur 1cm : 4
11 divisé par 4 = 2.75 on commence donc par 2 fils par peu puis on prend ce qu'il y a après la décimale que l'on multiplie par le nombre de peu 0.75 multiplié par 4 =3 il reste donc 3 fils à partager sur 4 dents
2-2-2-2
0-1-1-1
=2-3-3-3 et voilà.
Le calcul est pénible et il faut le faire pour chacun des peignes en sa possession sachant que passé 5 peu c'est plus compliqué (faire 9 sur un peigne de 8 c'est faisable mais pénible et on risque de se tromper 1-1-1-1-1-1-1-2) . c'est pourquoi j'ai fait ce tableau.



3-Où trouver des peignes en France (si vous en connaissez d'autre n'hésitez pas à me le dire je complèterai)
systeme métriques
Glimakra (suède) 70 cm de large chez alysse création http://alysse-creations.info/peigne-pour-julia.html
Louet (canada)30 à 130cm de large chez alysse création http://alysse-creations.info/peigne-acier-louet.html
Saori (japon) 40 à 90cm de large chez alysse création http://alysse-creations.info/peigne-saori.html
Glimakra (suède) 40 à 160cm de large chez artifilum https://www.artifilum.com/fr/peignes-en-inox.html
catusse (j'ignore si ils importe ou font eux meme), il faut télécharger le catalogue http://www.catusse-filature.fr/products-page/metiers-a-tisser/
Glimakra (suède) 30 à 60cm pour nos amis les belges chez méta http://www.metieratissermeta.be/accesoires/peigne.php
systeme anglophone
ashford (nouvelle zélande) 30 à 90cm chez tricotin https://www.tricotin.com/fr/peigne-inox-pour-metier-table-80-cm-4848.html?slt=8178




mardi 6 novembre 2018

Suite tissage de tissus : tombée du métier, foulage, découpe et couture

Enfin fini le tissage (il y a quelque temps maintenant) qui m'aura pris une vingtaine d'heures au total pour un peu plus de 6m60 avant foulage. Je suis passée à la suite.


Tout d'abord couper et démonter le tissus du métier.
Puis nouer l'ensemble des franges pour être sûre de ne pas avoir de pertes au foulage. En vérité je l'ai fait au fur et à mesure en coupant.

Enfin jeter l'ensemble dans la baignoire avec du savon et de l'eau tiède et marcher joyeusement sur celui ci, aidé par mes deux petits nains.
Le foulage à la fois resserre le tissu, équilibre le tassage (pas complètement mais un minimum) et fais ressortir un tout petit peu les poils. C'est un passage obligé pour tout tissu tissé main.
Mais finalement, les tissus industriels aussi... vous vous souvenez de la règle N°1 avant de coudre : toujours laver son tissu? C'est parce que de façon industrielle les tissus sont vendus "tombés du métier" lorsqu'ils sont lavé c'est précisé. et c'est ce qui donne également souvent de mauvaises, parfois de bonnes surprises.
Puis je l'ai mis à sécher.


Et là apparaissent... des rayures! Elles ne sont pas dues à une mauvaise maîtrise de la teinture, mais à un tassage irrégulier.
Ce qui est très intéressante car celà se retrouve dans des pièces d'époque. mon tissage et celui de l'image ci dessous sont tous deux en sergé 2/2 avec une chaîne et une trame de couleur différente.


(Herjolfsnes Norlund N°43)



Enfi temps de se mettre à couper et coudre... MAIS NON d'abord réfléchir! Toujours commencer par réfléchir, faire du tangram.

Au départ je suis partie sur un patron simple : un rectangle devant, des godets aux cotés peut être des godets devant derrière... comme les patrons que j'ai dessiné pour "au fil des temps" (le 1).

Et puis il y avais ces rayures diagonales magnifiques et j'avais envie de jouer un peu avec. Donc j'ai cherché un peu. Pour me retrouver avec ce patron.

 
couture lisière/coupe


Et voilà fini (ou presque) car il reste l'avant des manche à monter sur cette photo



Elle est agréable, douce, chaude par temps froid, froid par temps chaud. 
La fibre que j'ai utilisée est une fibre qui n'est pas une fibre mérovingienne mais qu'on trouve à partir du XIIIe : le mérinos. Cependant des fibres de même épaisseur (micronnage) voir plus fines (et donc plus douces) ont été retrouvées en fouille.
C'est un vrai bonheur sur la peau nue! plus de brûlures de laine ni de gratouillis.


Nota:
Quel est la différence entre mérinos et fibres douces "rustique"?
Le mérinos est un mouton qui a été sélectionné pour que sa toison soit régulière : même épaisseur de poil partout, même longueur et un seul type.
Sur un mouton rustique les poils sont différents selon la localisation (tête, dos, flancs...) et leur taille et leur type (longueur et épaisseur) varient aussi au même endroit. on peu ainsi se retrouver avec 5 type de laine (ou plus) sur un même mouton.
Mais grâce aux peignes à laine on arrive facilement à les séparer (les cardes au contraire harmonisent et n'arrivent que au XIIIe chez nous... tiens donc quelle coïncidence)





mardi 4 septembre 2018

Le Métier à tisser Nicolay

Ou comment je vais réduire mon encombrement.

J'adore la laine, j'adore les couleurs, je tisse et J' accumule semestre après semestre de nouvelles couleurs. Parfois je tisse beaucoup et mon stock fond, d'autre je tisse moins et mon stock grossis. Actuellement j'en suis à 3 paniers + 

En présentation c'est magnifique (photo de A. Nice au Musée archéologique de Marles)


Pour discuter couleurs lorsque tout est étalé, c'est génial! (photo de A. Nice au Musée archéologique de Marles)


Mais faire la même chose lorsqu'elles sont rangées dans les paniers, c'est une galère sans nom.


Alors Ca fait des années que je refléchis à comment faire. 
Minis écheveaux? 
Broderie?
Tissage... bien sur tissage mais comment?
Monter une chaîne rien que pour ça, très peu pour moi et je veux que les couleurs soient individualisées.
J'ai un mini métier mais ce qu'on fait avec n'est pas très joli.

Mais de temps en temps je cherche et j'ai découvert ceci : Le métier à tisser Nicolay.

Evidement vu les laines que j'utilise, je recherche le 5cm dont les pics sont tresè peu espacé, mais c'est une gageure à trouver.

J'ai donc réussi à trouver un version 10cm et après quelques essais à trouver un mix entre quantité de laine et visibilité de la couleur.

Et voilà la différence d'encombrement :

Je vais à nouveau pouvoir transporter mes couleurs à Compiègne.




Laines teintes végétales par Jorg (je ne sais pas le nom de son entreprise),par  l'atelier de Micky, teinte végétales par moi sur des laines blanches des deux précedents, de alysse création, de artifilum ou de fonty.

lundi 3 septembre 2018

Patrons de caftans et tunique homme

En l'honneur du premier tissu au mètre de Charline de Aux fils des temps (j'en fais aussi sur commande mais moi je n'en vis pas), je vais vous proposer les prochains jours quelques patrons de principe pour l'utilisation au mieux de ces lés de petite largeur tel qu'on pouvais retrouver sur une production domestique.


Si vous souhaitez un patron particulier pour une époque particulière et une taille particulière, n'hésitez pas à me demander, selon mes disponibilités cela pourrais m'amuser.

mercredi 8 août 2018

Reprise de tissage de tissu

Et me voilà repartie pour une longue aventure.

J'aurai pu me contenter de commencer par un voile de 2m, ou par une écharpe en fil un peu épais, Mais non non.

Le projet : une tunique mérovingienne.
La largeur du lé entre 40 et 50cm (50cm au peigne)
La longueur nécessaire : environs 6m00 à 7m20 selon les manches les godets et la largeur finale du lé.
Le fil : une laine toute douce un brin 7500m au kilo (fin donc)


J'ai donc commencé par ourdir sur un ourdissoir mural 498 fils de 7m50 (je ne pouvais pas plus au vu de la quantité nécessaire et de ce que j'avais en stock) on verra ce que ça donnera mais j'ai déjà pas mal de chute au démarrage. 2h30

Puis je l'ai plié (pliage : enrouler les fils sur l'ensouple) en tendant bien.
J'ai testé le trapèze comme sur la vidéo ci dessous. Pour ma part j'ai simplement posé un manche à balai sur mes étagères. Je n'ai pas mis trop de poids car le Julia étant très léger il aurai pu se soulever mais 2 kg ont suffit.
Par contre j'avais oublié de bien serrer les noeuds posés à distances sur l'ourdissoir et du coup celà a été un peu plus compliqué que sur la vidéo. Mais je pense adopter la technique. 3h00


 


Puis j'ai enfilé mes lisses encore quelque chose de bien long
une petite vidéo par ici avec en bruit de fond ma petite fille en train de jouer. 4h30
https://www.facebook.com/perlinelatisserande/videos/2044546488891069/














Puis un instant de pur bonheur après ces heures de patience : le passage en ros (enfiler les fils dans le peigne) 0h30 à tout casser

Enfin j'ai attaché mes cadres équilibré mes pédales pour que la foule s'ouvre bien 0h30

Et j'ai pu commencer à tisser après donc 11h00 de mise en place...


Mon rendement étant d'environs 60cm à l'heure, il devrais me falloir également 11h pour le tissage. (sans compter le bobinage des navettes)

un ratio de 50/50 est plutôt pas mal.


La suite est par ici

lundi 2 avril 2018

Des decryptage avec patrons de galons existants par d'autres tisserand(e)s

Lorsque l'on commence à bien s'amuser avec les galons, on aime décrypter des galons existants et parfois en partager les patrons.
Les avis diffèrent parfois sur une transcription et les patrons ne sont pas identiques pour une même pièce selon le tisserand qui le réécrit.
 Je vous mettrais au fur et à mesure des liens divers de personnes qui ont fait ce travail. Vous y retrouverez peut-être des galons travaillés par différentes personnes (dont moi) et il est très intéressant de voir que pour une seule pièce de nombreuses possibilités existent (ou pas)


_Sur le site de Lise Ræder Knudsen  : http://www.tabletweaving.dk/
 Dürrnberg : http://www.tabletweaving.dk/research/reconstructions/durrnberg-austria/
Verucchio : http://www.tabletweaving.dk/research/reconstructions/verucchio/

_ Sur le site d'Aisling : http://aisling.biz/index.php/galerie/historisch/fruehmittelalter

_Sur le site de Randi Stoltz (catégorie brikkevev) : http://www.randistoltz.com/

_Sur le site de Shelagh : http://www.shelaghlewins.com/tablet_weaving/tablet_weaving.php