mercredi 8 août 2018

Reprise de tissage de tissu

Et me voilà repartie pour une longue aventure.

J'aurai pu me contenter de commencer par un voile de 2m, ou par une écharpe en fil un peu épais, Mais non non.

Le projet : une tunique mérovingienne.
La largeur du lé entre 40 et 50cm (50cm au peigne)
La longueur nécessaire : environs 6m00 à 7m20 selon les manches les godets et la largeur finale du lé.
Le fil : une laine toute douce un brin 7500m au kilo (fin donc)


J'ai donc commencé par ourdir sur un ourdissoir mural 498 fils de 7m50 (je ne pouvais pas plus au vu de la quantité nécessaire et de ce que j'avais en stock) on verra ce que ça donnera mais j'ai déjà pas mal de chute au démarrage. 2h30

Puis je l'ai plié (pliage : enrouler les fils sur l'ensouple) en tendant bien.
J'ai testé le trapèze comme sur la vidéo ci dessous. Pour ma part j'ai simplement posé un manche à balai sur mes étagères. Je n'ai pas mis trop de poids car le Julia étant très léger il aurai pu se soulever mais 2 kg ont suffit.
Par contre j'avais oublié de bien serrer les noeuds posés à distances sur l'ourdissoir et du coup celà a été un peu plus compliqué que sur la vidéo. Mais je pense adopter la technique. 3h00


 


Puis j'ai enfilé mes lisses encore quelque chose de bien long
une petite vidéo par ici avec en bruit de fond ma petite fille en train de jouer. 4h30
https://www.facebook.com/perlinelatisserande/videos/2044546488891069/














Puis un instant de pur bonheur après ces heures de patience : le passage en ros (enfiler les fils dans le peigne) 0h30 à tout casser

Enfin j'ai attaché mes cadres équilibré mes pédales pour que la foule s'ouvre bien 0h30

Et j'ai pu commencer à tisser après donc 11h00 de mise en place...
 

Mon rendement étant d'environs 60cm à l'heure, il devrais me falloir également 11h pour le tissage. (sans compter le bobinage des navettes)

un ratio de 50/50 est plutôt pas mal.

lundi 2 avril 2018

Des decryptage avec patrons de galons existants par d'autres tisserand(e)s

Lorsque l'on commence à bien s'amuser avec les galons, on aime décrypter des galons existants et parfois en partager les patrons.
Les avis diffèrent parfois sur une transcription et les patrons ne sont pas identiques pour une même pièce selon le tisserand qui le réécrit.
 Je vous mettrais au fur et à mesure des liens divers de personnes qui ont fait ce travail. Vous y retrouverez peut-être des galons travaillés par différentes personnes (dont moi) et il est très intéressant de voir que pour une seule pièce de nombreuses possibilités existent (ou pas)


_Sur le site de Lise Ræder Knudsen  : http://www.tabletweaving.dk/
 Dürrnberg : http://www.tabletweaving.dk/research/reconstructions/durrnberg-austria/
Verucchio : http://www.tabletweaving.dk/research/reconstructions/verucchio/

_ Sur le site d'Aisling : http://aisling.biz/index.php/galerie/historisch/fruehmittelalter

_Sur le site de Randi Stoltz (catégorie brikkevev) : http://www.randistoltz.com/

_Sur le site de Shelagh : http://www.shelaghlewins.com/tablet_weaving/tablet_weaving.php


vendredi 30 mars 2018

Emmaillotage carré avec capuchon

Mise à jour pour un peu de documentation sur l'historique de l'emmaillotage :




J'ai emmaillotté mon fils depuis sa naissance car il a eu beaucoup de problèmes de coliques.

Je vous laisse le soin de découvrir et de choisir l'emmaillotage ou non pour vos enfants.
Il faut faire trés attention car ce n'est plus aujourd'hui un moyen de faire pousser droit un enfant mais un moyen de le réconforter.  Il y a donc quelques règles élémentaire pour éviter la luxation de la hanche!
La première est que l'enfant doit être libre des ses mouvements de jambes. Il faut donc ne pas serrer aux jambes et/ou utiliser un tissus extensible.(Quand il avais trop mal au ventre c'est en position grenouille que je l'emmaillottais dans un tissus extensible pour qu'il puisse avoir un appui quand il poussais tout en le maintenant un peu... mais là n'est pas la question)
La deuxième est qu'il faut respecter les besoin de l'enfant pour les mains. On peu lui laisser les bras libres si il ne supporte pas d'être contenu. Si il suce son pouce on aura tendance à lui garder les mains près du visage. Quand a mon fils les bras le long du corps lui convenais bien ou contre la poitrine quand il était tout petit bébé pour ne pas lui ouvrir trop la cage thoracique.
La dernière est qu'il vaux mieux arrêter l'emmaillotage avant 4mois sous peine que l'enfant ai du mal a se déshabituer.
Pour mon bébé dès qu'il est malade l'emmaillotage est de mise. Du coup comme il est tombé malade juste après s'être déshabitué, il en a redemandé. Finalement il s'est déshabitué tout seul vers 8mois. Attention, mon fils alors ne se retournais pas sur le ventre. Dès qu'il se retourne il faut cesser d'emmailloter.

Sur ces photos il a 5 mois.
J'ai réalisé ce tutoriel pour Gabriel et Raphaël à deux usage.  La première calmer les pleurs incessants.  La deuxième protéger un bébé du froid en sortie médiévale en gardant un aspect visuellement valable.  Voilà le pourquoi du capuchon.

À la maison il n'y a pas besoin de galon ce n'est qu'un aspect esthétique.  C'est le poid de l'enfant qui maintient l'emmaillotage. Le capuchon sers aussi uniquement pour l'exterieur.

Il y a besoin d'un carré de tissu de
80cm jusqu'à 4 ou 5 mois et 1m ou plus ensuite.
La je l'ai réalisé avec un plaid polaire pour l'exemple.
Vous pouvez recouvrir le tout d'une laine si le temps est frais.


Posez votre carré en diagonale et pliez un coin avant de poser votre bébé dessus

Remontez le bord en formant une capuche et poser le bord sur le bras


Rabattez le bord et coincez le sous le bébé

Faites de même sur l'autre coté en ne coinçant pas les jambes
  


 Ici mon carré étais vraiment trés grand donc j'ai pu le remettre devant Et là mon petit est paré pour dormir à la maison

 Pour finir on retire la tétine dont il n'a plus besoin avec l'emmaillotage (le réconfort était suffisant pour lui) et on met le galon pour faire joli
.

5mn après les photos il dormais...



Pour les petits passages que j'ai oublié comme mettre le tissus bien à plat dans le dos : 
http://www.parents.fr/Puericulture/Lecons-de-puericulture/Emmailloter-son-bebe


Petite nouveauté 2018... Une version aussi historique qu'il puisse puisque tournée en 1930 en norvège montrant la manière traditionnelle. J'adore cette vidéo. Vous la retrouverez entière et de nombreuses autres vidéo de l'époque ici : /https://norskfolkemuseum.no/



jeudi 8 février 2018

Sangles Scandinaves, mes galons de Noël

Après ma grossesse, il se trouve que j'ai gardé quelques cm supplémentaires de tour de taille, Et j'adore tisser à la ceinture. Je me suis donc fait une sangle de fortune en corde, mais je voulais de nouveau une belle sangle et je voulais faire à mon chéri une sangle pour sa basse.

 j'ai donc monté 80 cartes et suivi les instructions de Louise Ström pour tisser en totale improvisation 2m de sangle.
C'est difficile, ça demande un exercice mental énorme d'autant que j'ai commencé sur quelque chose de très large. (surement moins quand on a l'habitude), je l'ai donc abandonné 2 fois. et travaillé uniquement dans les périodes de Noël



Ma sangle de tissage

J'ai délaissé l'improvisation totale pour une improvisation raisonnée : un dessin sur une feuille quadrillée du motif voulu l'un après l'autre. Mais pas de diagramme de tournage. (pour le dernier motif, j'ai pris un motif de claudia wollny que j'ai modifié, je n'ai pas suivi le diagramme uniquement le motif)


Au bout d'un certain temps j'ai adapté la technique à moi
Selon le motif je passais d'un enfilage  à un autre (en flippant les cartes) de sssss/zzzzz à ss/zz/ss/zz à tout S ou tout Z ou en partie, en faisant des tours vers l'avant ou vers l'arrière en fonction du dessin. assez sympa en vérité.

J'avais marqué une tranche des cartes et son opposée. en 2 quarts de tour je devais retomber sur l'un ou l'autre en alternance.

Sangle pour basse (maintenant, cuir et couture à faire)

Et maintenant les motifs en détail


Premier essai de loups

deuxieme essais de loups plus concluant





Patron de Claudia Wollny dans "Tablet at work" modifié



vendredi 8 décembre 2017

Birka B19 galon broché

Lorsque je travaille sur une commande de galon, je garde souvent de la longueur afin de faire des tests en début. Et parfois il me reste à la fin un peu de longueur également sur lesquelles je fais des tests.
Cette fois c'est le galon B19 de Birka qui m'a intéressée. J'aime énormément les S du motif.
Mon avis sur cette pièce est qu'elle est pleine d’erreur, que c'est un test qui a mal tourné mais qu'on a tout de m^me utilisé car même si le motif est un peu raté, cela reste de la soie et de l'or.

Mon interprétation est donc une version "réparée" de cette pièce. Elle n'est pas très longue et je n'ai pas fait la deuxième partie. Mais elle a exactement la bonne taille pour  un devant de tablier viking.


Information : Geijer Birka III

mardi 7 novembre 2017

Broché sur un patron de Nancy Spies



Cette vidéo n'est pas un tutoriel. C'est une petite présentation de l'une des mes façons de travailler le broché.

Il existe de nombreuses façon de réaliser celui ci
le fil de broché passant :
_sous un fil, sous 2 fils, sous une carte complète
_jusqu'au bord, par devant, par derrière, accolé au motif ou invisible...
les cartes tournant d'un huitième de tour ou étant déplacées vers l'avant ou l'arrière.
Toutes les cartes tournées en même temps ou d'abord uniquement celles du motif.
Le motif étant à la fois broché et tissé en variation des cartes (double face, invisible, sergé, 3/1, missed hole)
Le motif étant tissé sur une structure ou non.

Le tout pouvant être mixé sur un même galon voir sur un même passage de broché.

Mon choix est décidé au départ par les informations que j'ai du galon original. Puis par facilité personnelle.
Lorsque comme ici je n'ai pas beaucoup d'informations ormis le patron, je choisi ce qui me plait ou plaira à la personne à qui est destiné le galon.

Ce patron est celui de la p.137 de ECCLESIASTICAL POMP AND ARISTOCRATIC CIRCUMSTANCE: A THOUSAND YEARS OF BROCADED TABLETWOVEN BANDS de Nancy Spies.

Ce livre n'est plus édité mais vous pouvez le commander à Nancy Spies elle même en version numérique ou imprimée sur ce site : http://www.arelatestudio.com/books.html

Le patron a été adapté à la taille de galon choisie par celui à qui il est destiné.
C'est un patron facile qui se mémorise très vite et qui fait parti des plus simples à tisser.

Le broché reste une technique cependant hyper chronophage.





Brocade, brocaded, tablet weaving, cardweaving, brettchenweben

et le résultat final doublée de soie bleu marine:



jeudi 2 novembre 2017

Finition d'encolure par un galon cousu tissé.

C'est quelque chose que j'ai dans l'idée de faire depuis que j'ai commencé la reconstitution et je n'avais jamais pris le temps de le faire.

Une des finitions que l'on retrouve décrite dans le medieval textile and clothing des fouilles de Londre ainsi que par Marc Carlson et dans les pièces retrouvées à Herjolfsnes est le galon tissé à même la bordure.
Il est souvent en tissage à carte mais peu aussi être en tissage simple.

Ayant un col à réaliser lors d'une sortie (Senlis) avec ma nouvelle troupe les Pérégrins , j'ai décidé d'en profiter pour tester cette technique.

Le matériel :


Des forces pour couper le col et les fils
Des fils de lin et de la cire (Moi et la merlette d'Azur)
Une aiguille en laiton de chez Agénor
Une pierre à aiguiser fine
Un dé à coudre (en bronze issu de fouilles)
Un peigne à tisser (ce n'est pas nécessaire mais j'avais envie d'utiliser mon mignon peigne)
Un tassoir (l'aiguille est un peu souple et ne peu donc pas servir pour tasser mais les doigts fonctionnent aussi)
Le vêtement
De la soie (de chez Micky achetée directement sur place)


La réalisation :

Tout d'abord, j'ai coupé mon col et je l'ai surfilé de façon invisible avec mon fil de lin afin que la soie et la laine soit solidaires.
J'ai choisi de le faire de façon invisible car mon fil de lin est blanc et donc sur un fond bleu noir il serais fortement ressorti.

Puis, j'ai tendu des fils de soie de la longueur du col plus environs 60cm.
Pour de tels tissages je n'ai en général que 20cm de perte à la fin du tissage, mais avec 20cm, on ne peu rien faire alors que 60cm (ou 50 car il y a une absorbtion par le tissage) est une aiguillée convenable et alors peu servir pour de la couture ou de la broderie : ce n'est plus une perte. C'est ainsi que pour ce projet le fil de lin utilisé pour coudre est une "chute" du tissage des tourets.

J'ai tissé 2cm afin de stabiliser la tension et j'ai commencé à tisser en cousant.

Pour cette pièce j'ai choisi de faire un galon emboîtant, j'ai donc tissé en rond : je tissais toujours de gauche à droite en cousant de droite à gauche.
C'est plus long que de faire un simple tissé cousu car pour chaque fois que j'ai tassé, j'ai passé deux fois mon fil.
Coudre de droite à gauche

 Tisser de gauche à droite

J'ai commencé en empruntant une base à tisser à Tour et Détour


Et j'ai continué de façon plus traditionnelle accrochée à ma ceinture


Sur cette photo vous pouvez deviner ce qui se passe quand on arrive dans un coin : il faut accrocher un fil qui servira de tendeur au galon à la pointe du coin.

 Déconvenues et solutions:

Une fois le galon tissé, tous les fils rentrés, je l'ai fait essayé au propriétaire de la cotte. Et là HORREUR, impossible de passer la tête.
j'étais évidement partie sur un col raz de cou avec petit amigaut : au plus juste de ce qui pouvais passer mais :
_ le galon raidis le tissu, puisque les fils sont droits, il n'y a plus AUCUNE Elasticité : Un bon point car il ne se déformera pas à l'usage, un mauvais point car du coup la tête ne passe plus. Il faut donc y penser en coupant le col
_ Il ne faut pas oublier non plus qu'il y a une différence entre un galon tendu et un galon détendu. L'utilisation d'un métier est donc fortement déconseillé car il ne faut pas tisser trop tendu et régulièrement vérifier que l'on est pas en train petit à petit de réduire la taille de l'ensemble. Au final un fois détendu c'est comme si vous aviez travaillé de l'embu. Hors ce n'est pas le but souhaité.

Bref, j'ai tout démonté, et tout recommencé en faisant très attention.

Petits notas:

Petit nota 1 : Mais à quoi sers donc ma pierre à aiguiser? Et bien à aiguiser l'aiguille pardi. J'ai du la ré aiguiser 3 fois au cours du tissage.
(Parenthèse moderne, vous connaissez certainement ces pelotes d'épingles en forme de pomme rouge avec une petite fraise sur le coté? Mais savez vous ce qu'est cette fraise? Et bien c'est un petit sac de sable très fin qui servais à ré-aiguiser une aiguille ou un e épingle crochue ou ne faisant plus son office. Elle servais également à les débarrasser de leur rouille lorsqu'elles étaient réalisées en fer)

Petit nota 2 : La soie noire de Micky est splendide, nous avons choisi de l'utiliser car nous travaillons sur un personnage argenté. Cette teinture est réalisée avec de nombreux bains d'indigo (donc plus encore si il avais fallu partir de pastel) sur un pied de garance très soutenu. Autant dire que ce n'est pas à porté de toutes les bourses. Le plus impressionnant étant que pour le même traitement une de ses laines est noire noire, alors que l'autre est juste bleu marine. Il suffit que le mouton ne soit pas de la même race et il y a ainsi de grosses différences.


Photos de Séverine, de Mahaut et de Claire des Pérégrins. Merci de ne pas les utiliser sans permissions.